Extensions et tutorials gratuits disponibles sur internet pour Dreamweaver. PHP et ASP. Classement thématique. Blog référencé par Adobe Communauté Dreamweaver.

Dreamgratuit - Philosophie

Michel Foucault : sommaire du cours sur la biopolitique, 1979

19 avril 2020 | Posté par caroder à 21:32

Bookmark and Share

Le lien vers les podcasts du cours sur la biopolitique est ici.

Voici la liste des cours donnés au Collège de France par Michel Foucault en 1979 ainsi que les liens vers les MP3 de ces cours accessibles en ligne via le site :

Leçon du 10 janvier 1979

Questions de méthode. - Supposer que les universaux n'existent pas. - Résumé du cours de. l'année précédente: l'objectif limité du gouvernement de la raison d'Etat (politique extérieure) et l'objectif illimité de l'Etat de police (politique intéri!!ure). - Le droit comme principe de limitation externe de la raison d'Etat. - Perspective du cours de cette année: l'économie politique comme principe de limitation interne de la raison gouvernementale. - Enjeu général de cette recherche: le couplage série de pratiques - régime de vérité et ses effets d'inscription dans le réel. - Qu'est-ce que le libéralisme ?

Leçon du 17 janvier 1979

Le libéralisme et la mise en œuvre d'un nouvel art de gouverner au XVIIIe siècle. - Les traits spécifiques de l'art libéral de gouverner: (1) La constitution du marché comme lieu de formation de vérité et non plus seulement comme domaine de juridiction. - Questions de méthode. Enjeux des recherches entreprises autour de la folie, la pénalité et la sexualité: esquisse d'une histoire des «régimes de véridiction ». - En quoi doit consister une critique politique du savoir. - (2) Le problème de la limitation de l'exercice de la puissance publique. Les deux types de solution : le radicalisme juridique français et l'utilitarisme anglais. - La question de l'« utilité» et la limitation de l'exercice de la puissance publique. - Remarque sur le statut de l'hétérogène en histoire : logique de stratégie contre logique dialectique.- La notion d'« intérêt» comme opérateur du nouvel art de gouverner.

Leçon du 24 janvier 1979

Les traits spécifiques de l'art libéral de gouverner (II) : (3) Le problème de l'équilibre européen et des rapports internationaux. - Le calcul économique et politique dans le mercantilisme. Le principe de la liberté du marché selon les physiocrates et Adam Smith: naissance d'un nouveau modèle européen. - L'apparition d'une rationalité gouvernementale étendue à l'échelle mondiale. Exemples: la question du droit de la mer; les projets de paix perpétuelle au XVIIIe siècle. - Les principes du nouvel art libéral de gouverner: un «naturalisme gouvernemental»; la productIon de la liberté. - Le problème de l'arbitrage libéral. Ses instruments: (1) la gestion des dangers et la mise en œuvre de mécanismes de sécurité.; .(2) les contrôles disciplinaires (le panoptisme de Bentham); (3) les politiques interventionnistes. - La gestion de la liberté et ses crises.

Leçon du 31 janvier 1979

La phobie d'État. - Questions de m~thode: sens et enjeux de la mise entre parenthèses d'une théorie de l'Etat dans l'analyse des mécanismes de pouvoir. - Les pratiques gouvernementales néolibérales: le libéralisme allemand des années 1948-1962; le néolibéralisme américain.- Le néolibéralisme allemand (1). - Son contexte politico-économique. - Le conseil scientifique réuni par Erhard en 1947. Son programme: libération des prix et limitation des interventions gouvernementales. - La voie moyenne définie par Erhard, en 1948, entre l'anarchie et l'«Etattermite ». - Sa double signification : (a) le respect de la liberté économique comme condition de la représentativité politique de l'Etat; (b) l'institution de la liberté économique comme amorce pour la formation d'une souveraineté politique. - Caractère fondamental de la gouvernementalité allemande contemporaine: la liberté économique, source de légitimité juridique et de consensus politique. - La croissance économique, axe d'une nouvelle conscience historique permettant la rupture avec le passé. - Le ralliement de la Démocratie chrétienne et du SPD à la politique libérale. - Les principes de gouvernement libéraux et l'absence de rationalité gouvernementale socialiste.

Leçon du 7 février 1979

Le néolibéralisme allemand (II). :... Son problème, comment la liberté économique peut-elle à la fois fonder et limiter l'Etat? - Les théoriciens néolibéraux: W. Eucken, F. Bohm, A. Müller-Armack, F. von Hayek. - Max Weber et le prpblème de la rationalité irra}ionnelle du capitalisme. Les réponses de l'Ecole de Francfort et de l'Ecole de Fribourg. - Le nazisme comme champ d'adversité nécessaire à la définition de l'objectif néolibéral. - Les obstacles à la politique libérale en Allemagne depuis le XIXe si~cle : (a) l'économie protectionniste selon List; (b) le socialisme d'Etat bismarckien; (c) la mise en place, pendant la Première Guerre mondiale, d'une économie planifiée; (d) le dirigisme de type keynésien; (e) la politique économique du national-socialisme. - La critique néolibérale du national-socialisme à partir de ces différents éléments de l'histoire allemande. - Conséquences théoriques: extension de cette critique au ,New Deal et aux plans Beveridge; dirigisme et croissance du: pouvoir d'Etat; la massification et l'uniformisation, effets de l'étatisme. - L'enjeu du néolibéralisme: sa nouveauté par rapport au libéralisme classique. La théorie de la concurrence pure.

Leçon du 14 février 1979

Le néolibéralisme allemand (III). - Utilité des analyses historiques par rapport au présent. - En quoi le néolibéralisme se distingue-t-il du libéralisme classique? - Son enjeu spécifique: comment régler l'exercice global du pouvoir politique sur les principes d'une économie de marché, et les transformations qui en découlent. - Le décrochage entre l'économie de marché et les politiques de laissez-faire. - Le colloque Walter Lippmann (26-30 août 1938). - Le problème du style de l'action gouvernementale. Trois exemples: (a) la question des monopoles; (b) la question des «actions conformes ». Les fondements de la politique économique selon W. Eucken. Actions régulatrices et action ordonnatrices; (c) la politique sociale. La critique ordolibérale de l'économie de bien-être. - La société comme point d'application des interventions gouvernementales. La «politique de société» (Gesellschaftspolitik). - Premier aspect de cette politique: la formalisation de la société sur le modèle de l'entreprise. - Société d'entreprise et société judiciaire, les deux faces d'un même phénomène.

Leçon du 21 février 1979

Second aspect de la «politique de société », selon les ordolibéraux: le problème du droit dans une société régulée selon le modèle de l'économie concurrentielle de marché. - Retour au colloque Walter Lippmann. - Réflexions à partir d'un texte de Louis Rougier.- (1) L'idée d'un ordre juridico-économique. Réciprocité des rapports entre les processus économiques et le cadre institutionnel. - Enjeu politique: le problème de la survie du capitalisme. - Deux problèmes complémentaires : la théorie de la concurrence et l'analyse historique et sociologique du capitalisme. - (2) La question de l'interventionnisme juridique. - Rappel hisJorique: l'État de droit au XV1II" siècle, par opposition au despotisme et à l'Etat de police. Réélaboration de la notion au :xIX" siècle: la question des arbitrages entre citoyens et puissance publique. Le problème des tribunaux administratifs. - Le projet néolibéral : introduire les principes de l'État de droit dans l'ordre économique. - État de droit et planification selon Hayek. - (3) La croissance de la demande judiciaire. - Conclusion générale: la spécificité de l'art néolibéral de gouverner en Allemagne. L'ordolibéralisme face au pessimisme de Schumpeter.

Leçon du 7 mars 1979

Remarques générales: (1) La portée méthodologiqu~ de l'analyse des micro-pouvoirs. (2) L'inflationnisme de la pl)obie d'Etat. Ses liens avec la critique ordolibérale. - Deux th,èses sur l'Etat totalitaire et la décroissance de la gouvernementalité d'Etat au xxe siècle. - Remarques sur la diffusion du modèle allemand, en France et aux Etats-Unis. - Le modèle néolibéral allemand et le projet français d'une «économie sociale de marché ». - Le contexte du passage, en France, à une économie néolibérale. - La politique sociale française: l'exemple de la sécurité sociale. - La dissociation entre l'économique et le social selon Giscard d'Estaing. - Le projet d'un «impôt négatif» et ses enjeux sociaux et politiques. Pauvreté «relative» et pauvreté «absolue ». Le renoncement à la politique de plein emploi.

Leçon du 14 mars 1979

Le néolibéralisme américain. Son contexte. - Différences entre les néolibéralismes américain et européen. - Le néolibéralisme américain comme revendication globale, foyer utopique et méthode de pensée. - Aspects de ce néolibéralisme : (1) La théorie. du capital humain. - Les deux processus qu'elle représente: (a) une avàncée de l'analyse économique à l'intérieur de .son propre domaine: critique de l'analyse classique du travail en termes de facteur temps; (b) une extension de l'analyse économique à des domaines considérés jusque-là comme non économiques. - La mutation épistémologique produite par l'analyse néolibérale: de l'analyse des processus économiques à l'analyse de la rationalité interne des comportements humains. - Le travail comme conduite économique. - Sa décomposition en capital-compétence et en revenu. - La redéfinition de l' homo œconomicus comme entrepreneur de lui-même: - La notion de «capital humain». Ses éléments constitutifs: (a) les éléments innés et la question de l'amélioration du capital humain génétique ; (b) les éléments acquis et le problème de la formation du capital humain (éducation, santé etc.). - Intérêt de ces analyses: reprise du problème de l'innovation sociale et économique (Schumpeter). Une nouvelle conception de la politique de croissance.

Leçon du 21 mars 1979

Le néolibéralisme américain (II). - L'application de la grille économique aux phénomènes sociaux. - Retour à la problématique ordolibérale: les équivoques de la Gesellschaftspolitik. La généralisation de la forme « entreprise» dans le champ social. Politique économique et Vitalpolitik: une société pour le marché et contre le marché. - La généralisation illimitée de la forme économique du marché dans le néolibéralisme américain: principe d'intelligibilité des comportements individuels et principe critique des interventions gouvernementales.- Aspects du néolibéralisme américain: (2) la délinquance et la politique pénale. - Rappel historique: le problème de la réforme du droit pénal à la fin du XVIIIe siècle. Calcul économique et principe de légalité. Le parasitage de la loi par la norme au XIXe siècle et la naissance d'une anthropologie criminelle. - L'analyse néolibérale: (1) la définition du crime; (2) la caractérisation du sujet criminel comme homo œconomicus; (3) le statut de la peine comme instrument d'« enforcement» de la loi. L'exemple du marché de la drogue. - Conséquences de cette analyse : (a) le gommage anthropologique du criminel; (b) la mise hors jeu du modèle disciplinaire.

Leçon du 28 mars 1979

Le modèle de l' homo œconomicus. - Sa généralisation à toute forme de comportement dans le néolibéralisme américain. - Analyse économique et techniques comportementales. - L' homo œconomicus comme élément de base de la nouvelle raison gouvernementale apparue au XVIIIe siècle. - Eléments pour une histoire de la notion d'homo œconomicus avant Walras et Pareto. - Le sujet d'intérêt dans la philosophie empiriste anglaise (Hume). - L'hétérogénéité entre sujet d'intérêt et sujet de droit: (1) Le caractère irréductible de l'intérêt par rapport à la volonté juridique. (2) La logique inverse du marché et du contrat - Seconde innovation par rapport au modèle juridique: la relation du sujet économique avec le pouvoir politique. Condorcet. La «main invisible» d'Adam Smith: l'invisibilité du lien entre la recherche du profit individuel et l'accroissement de la richesse collective. Caractère intotalisable du monde économique. La nécessaire ignorance du souverain. - L'économie politique comme critique de la raison gouvernementale: disqualification de la possibilité d'un souverain économique, sous ses deux formes mercantiliste et physiocratique. - L'économie politique, science latérale par rapport à l'art de gouverner.

Leçon du 4 avril 1979

Éléments pour une histoire de la notion d' homo œconomicus (suite). - Retour au problème de la limitation du pouvoir souverain par l'activité économique. - L'émergence d'un nouveau champ, corrélatif de l'art libéral de gouverner: la société civile. - Homo œconomicus et société civile: éléments indissociables de la technologie gouvernementale libérale. - Analyse de la notion de «société civile» : Son évolution de Locke à Ferguson. L'Essai sur l' histoire de la société civile de Ferguson (1787). Les quatre caractères essentiels de la société civile selon Ferguson : (1) elle est une constante historico-naturelle ; (2) elle assure la synthèse spontanée des individus. Paradoxe du lien économique; (3) elle est une matrice permanente de pouvoir politique; (4) elle constitue le moteur de l'histoire. - Apparition d'un nouveau système de pensée politique. - Conséquences théoriques: (a) la question des rapports entre État et société. Les problématiques allemande, anglaise et française; (b) le réglage de l'exercice du pouvoir: de la sagesse du prince aux calculs rationnels des gouvernés. - Conclusion générale

Catégorie : | Commentaires [0] | Permalien [#] | Tags : , , , ,

Commentaires

 

Poster un commentaire