Extensions et tutorials gratuits disponibles sur internet pour Dreamweaver. PHP et ASP. Classement thématique. Blog référencé par Adobe Communauté Dreamweaver. Un peu de philosophie.

Dreamgratuit - Philosophie

Un mail, pour quoi faire ?

18 mars 2013 | Posté par caroder à 20:07

Bookmark and Share

Ce matin, j'ai reçu un mail.

En général, quand on me contacte via ce blog, c'est pour me remercier du travail (et j'y suis sensible), pour me proposer d'écrire un livre (sur les choses techniques et sérieuses que j'aborde ici et que je n'ai pas le temps de réitérer alors que je consacre ma plume désormais à l'humour. Si vous êtes intéressé et éditeur, contactez-moi, je vous dirais où me lire), voire pour me demander des explications sur telle ou telle ligne de code. Mais je dois avouer que les râleurs ne sont pas légion. D'autant que j'estime avoir fait un travail gracieux (dans tous les sens du terme) pour le bien de tous, dans un esprit (sans doute un peu naïf mais, que voulez-vous, on ne se refait pas...) de partage et d'entraide.

Bref, ce matin je découvre ceci dans mon courrier électronique :

De: xxxxxxxx@monfai.com
Sujet: votre blog

Message:
voici mon point de vue concernant votre blog, comme tous on s'y perd ! le bon vieux site web avait au moins l'avantage que le lecteur pouvait suivre un plan facile d'accés.
Enfin... la partie tuto newletter : on n'y comprend rien sauf pour les ténors du php et des tables de données.
Dommage pour nous autres les débutants

Bon, ben voilà, prends toi ça dans les gencives, connasse...

Tout ceci me ramène quelques années en arrière quand j'animais un site qui fournissait un service totalement gratuit à moult sociétés commerciales (qui se faisaient ainsi de confortables marges sur notre dos). Parfois, un sous-fifre (oui, en général, les n+1, +2 et plus si affinités, sont d'une courtoisie extrême) se permettait de nous appeler pour râler sur la qualité du service, voire de nous engueuler carrément. Ces esprits simples, la plupart du temps, se croyaient dans une classique relation client/prestataire.

Philippe_Néricault_Destouches

Il se trouve par ailleurs que nous avions un monopole de fait concernant ce service, puisque contrairement à nos concurrents nous étions gratuits. Nous les avions donc, sous ma houlette, proprement et méthodiquement laminés, les mois et les années passant. 

Et quand il se trouvait que j'avais un de ces fâcheux au téléphone, je lui disait toujours : "Je ne suis pas votre fournisseur, vous, en revanche, vous êtes mon obligé."

Ainsi donc, chère Paola qui avez écrit ce mail, je me permettrais de vous rappeler, à l'instar de Philippe Néricault Destouches, que la critique est aisée et l'art est difficile.

Catégorie : Divers | Permalien [#] | Tags : ,